√Čcrire pour le web

Auteur de la fiche : Outils-r√©seaux
Licence de la fiche : Creative Commons BY-SA
Description :

La rédaction web : une écriture journalistique potentialisée par le numérique

Contrairement à une idée encore trop largement répandue, écrire pour le web ne s'improvise pas. En dehors d'une capacité à structurer l'information et à la retranscrire, commune à tous les journalistes, cet exercice nécessite une bonne connaissance des enjeux du Net et une méthodologie propre à cet outil, prenant notamment en compte le fait que la lecture de l'internaute est différente que sur un support papier. Il faut veiller à capter son attention, guider sa visite, lui permettre d'aller et venir facilement dans les différentes strates du site au travers de liens et lui fournir directement ce qu'il est venu chercher : une donnée claire, structurée et actualisée.

Des règles d'écriture journalistiques transposées au web

D'une manière générale, la rédaction web reprend les règles de base de l'écriture journalistique de la presse papier. On y retrouve ainsi les mêmes éléments principaux et les mêmes techniques d'écriture que dans un média traditionnel. A savoir :

Le chap√ī et la "titraille"

Les éléments centraux autour desquels s'organise l'article sont :

  • Le titre qui se divise en deux cat√©gories :
  • Informatif : qui n'a pas d'effet de style et se veut simple et clair.
  • Incitatif : qui s'attache √† donner envie de voir l'information. Par exemple : "Cet infiniment petit qui suscite le grand d√©bat" (Article sur les nanotechnologies).

  • Le chap√ī : qui vise √† obliger le lecteur √† lire l'article jusqu'au bout ("ferrer le lecteur").
  • sa forme s'attache √† √™tre vive pour retenir l'attention, aiguiser la curiosit√© et l'int√©r√™t et √™tre originale (dans le contenu et dans la forme).
  • le vocabulaire se compose de mots-cl√©s (pour le r√©f√©rencement) et de verbes expressifs.

  • Les intertitres qui servent √† structurer le contenu, √† offrir plus de clart√© au texte et √† augmenter la visibilit√© par les moteurs de recherche.

La règle des "5 W + H"

La r√®gle des "5 W + H" est un moyen m√©mo technique pour ne pas oublier les informations essentielles qui doivent transpara√ģtre dans l'article. Elle consiste √† r√©pondre aux questions suivantes :
  • Qui : le sujet de l'action ;
  • Quoi : l'action, les faits proprement dits ;
  • Quand : la p√©riode pendant laquelle se sont d√©roul√©s/ou vont se d√©rouler l'action, les faits ;
  • O√Ļ : le lieu o√Ļ ils se sont ou vont se produire ;
  • Pourquoi : leurs raisons d'√™tre ;
  • Comment : leur mani√®re d'√™tre.

Le principe de la pyramide inversée

Pyramide inversee


Récurrent dans le journalisme papier, le principe de la pyramide inversée repose sur le développement des faits par ordre d'importance décroissante. On commence par les informations générales pour aller aux spécifiques. Les informations capitales se trouvent au début suivant le postulat que le lecteur décroche au fur-et-à-mesure. Cette technique amène naturellement à hiérarchiser et structurer les informations. Très utilisée dans le monde de la rédaction web, elle n'est cependant pas, comme on le prétend souvent, incontournable. Le web permet en effet d'utiliser les liens hypertextes pour aller vers le plus spécifique et avoir différents niveaux de lecture.

  • Source : Own work

Ou la "méthode champagne" ?

Aujourd'hui la technique de la pyramide inversée est remise en cause par certains rédacteurs web au profit de la méthode champagne. Proposée par Mario Garcia, un célèbre graphiste, cette méthode consiste à structurer l'information de manière à relancer l'attention du lecteur toutes les vingt et une lignes environ. Le but recherché est que l'internaute reste intéressé par l'article et concentré.

Concevoir des textes lisibles et attractifs : travailler le style

Comme sur le support papier, il est nécessaire de concevoir des textes lisibles et attractifs pour engager la lecture de l'internaute et le fidéliser, en :

Rédigeant des textes agréables. Pour cela il est recommandé de :
  • Humaniser le propos, le rendre vivant : toujours privil√©gier les descriptions, les ambiances.
  • Mettre en sc√®ne son information, la sc√©nariser.
  • Diversifier les angles d'approche.

Acquérant et développant un style. Pour cela il est conseillé de :
  • Lire beaucoup. Apprendre √† lire avec un oeil de sp√©cialiste : ce qui est efficace, ce qui nous pla√ģt.
  • Se cr√©er un univers, en "piochant", en s'inspirant, en √©crivant.
  • S'entra√ģner avec des exercices courts : mini portraits, ambiance, situation, √©cho, billets...
  • Vaincre son amour-propre : faire lire ses textes (m√™me en √©bauche), accepter les critiques, les conseils...
  • D√©brider sa sensibilit√©. Un bon r√©dacteur ne trahit pas l'imp√©ratif d'objectivit√© mais laisse transpara√ģtre son ressenti, son enthousiasme, son indignation... Il rend son article vivant.

Pour disposer de plus d'éléments sur les règles de base de l'écriture journalistique, découvrez le cours qui lui est consacré "Améliorer ses écrits en intégrant méthode et principe journalistique".

Une écriture optimisée par les développements du numérique

Si la rédaction web reprend à son compte les méthodes du journalisme traditionnel, elle ne peut se limiter à transposer simplement des contenus du papier à Internet. Cela ayant en soi peu de valeur ajoutée. Le développement des technologies numériques a permis à l'écriture de s'affranchir de nombreuses limites (le temps, l'espace restreint de diffusion, le nombre de lecteurs etc.) et d'entrer en relation directe avec le lecteur...

Transformer le lecteur en acteur !


Ce qui caractérise l'écriture web de l'écriture journalistique papier est sans nul doute la place accordée à l'internaute. Autrefois simple lecteur, il est devenu avec le Web 2.0 un acteur à part entière qui peut désormais générer du contenu via les commentaires faits sur un article, les discussions dans les forums, les chats ou encore son blog. Il peut également "qualifier" l'information reçue en la relayant et en l'annotant (voir par exemple, la pratique des hashtags sur Twitter). L'interaction est au coeur même de la rédaction web ! C'est elle qui va permettre au contenu d'exister, de s'approfondir et de se propager sur la Toile.

Cette interaction avec l'internaute peut être impulsée puis alimentée par la mise en oeuvre de différentes actions :

S'assurer que le message perçu est bien celui que l'on veut transmettre


nuage
L'interaction avec l'autre suppose une proximit√©. Celle-ci ne peut exister si les propos d√©velopp√©s dans les √©crits du r√©dacteur ne sont pas en ad√©quation avec ce qu'il veut vraiment signifier et la ligne √©ditoriale qui a √©t√© annonc√©e. Il peut ainsi √™tre n√©cessaire de contr√īler la coh√©rence de ses propos en utilisant par exemple les nuages de mots-cl√©s (tag cloud en anglais) qui permettent, au travers d'une repr√©sentation visuelle, de faire ressortir les mots les plus utilis√©s sur un site ou une page web. G√©n√©ralement, ceux-ci s'affichent dans des polices de caract√®res d'autant plus grandes qu'ils sont utilis√©s ou populaires. Ces outils sont ainsi utiles pour prendre de la distance vis-√†-vis de ses √©crits en ayant une vue globale des concepts les plus trait√©s et en rectifiant au besoin le tir pour faire coller ses propos au plus pr√®s de l'id√©e de d√©part.

Parmi les générateurs de mots-clés, se distinguent :

Tagcrowd
Wordle

Permettre à l'internaute d'approfondir sa lecture

L'utilisation des liens hypertextes (dirigés vers l'extérieur) permet de relier ses écrits à d'autres pages qui portent sur le même sujet. Cela offre à l'internaute la possibilité d'approfondir les propos énoncés en ayant accès à des ressources complémentaires et instaure un nouveau dialogue entre les auteurs et les lecteurs. Internet a changé radicalement notre rapport à l'information : celle-ci n'est désormais plus isolée, elle s'insère dans un champ vaste de connaissances ! Faire des liens hypertextes offre ainsi de nombreux avantages :
  • contextualiser le propos et le doter ainsi de plus de mati√®re,
  • fid√©liser le lecteur qui appr√©ciera la richesse du contenu,
  • offrir une visibilit√© suppl√©mentaire √† ses √©crits en l'inscrivant dans un r√©seau plus vaste (les sites faisant l'objet d'un lien, pouvant en faire un sur votre page en retour),
  • capter l'internaute en l'incitant √† rester se balader sur sa page (voir √† ce sujet "L'ergonomie √©ditoriale ou l'art de b√Ętir une architecture de l'information").

Susciter la participation

La communication numérique s'attache moins à produire un contenu qu'à le partager en encourageant les internautes à donner leur avis, à construire une relation inter-lecteurs et à le relayer. Cela passe notamment par :

  • la mise en place de commentaires qui apparaissent de plus en plus comme une prolongation de l'article. Les internautes ajoutant de nouvelles donn√©es, apportant un autre point de vue ou renvoyant sur d'autres contenus pertinents qui abordent le m√™me sujet,
  • la mise en place de boutons de partage sous l'article qui invite le lecteur √† le relayer,
  • le lancement d'une discussion sur un forum,
  • l'appel √† contribution etc.

Ces techniques permettent en outre d'améliorer le contenu en fonction des feedbacks des lecteurs et de fédérer une véritable communauté autour de ses écrits. Allant encore plus loin, un outil comme Wiki offre la possibilité à l'internaute d'ajouter ses propres données à celles existantes et de modifier ces dernières. D'une écriture individuelle, le numérique marque ainsi le passage à une écriture collaborative !

Dépasser les frontières du temps

√Čcriture imm√©diate...

Internet permet d'avoir non seulement une relation directe avec son lecteur mais en plus de mani√®re instantan√©e...Il est aujourd'hui possible gr√Ęce aux r√©seaux sociaux de diffuser du contenu et d'avoir des retours et tout cela en direct ! Twitter, Facebook, CoveritLive...Tous ces outils de "live-blogging" am√®nent √† mettre en place de nouvelles pratiques d'√©criture au sein desquelles le contenu est pens√© comme un support vers une information plus vaste plut√īt que comme une fin en soi. L'√©crit s'inscrit d√©sormais dans un univers plus collaboratif o√Ļ l'auteur assiste en direct √† la diffusion se sa production : elle est reprise sur certains blogs, tweet√©, scoop√©, retweet√©e, comment√©e...Une v√©ritable cha√ģne √©ditoriale se met naturellement en place pour faire vivre cet √©crit, pour peu que celui-ci soit de qualit√©. Cela ne peut que modifier profond√©ment le rapport entre l'auteur et son √©crit, celui-ci √©tant de plus en plus amen√© √† l√Ęcher prise sur sa production, en acceptant d'avoir moins de contr√īle sur sa diffusion, en acceptant √©galement d'√™tre jug√©, parfois s√©v√®rement...Cet √©tat de fait n√©cessite pour celui qui veut publier en ligne de mener une r√©flexion pr√©alable √† son rapport non seulement √† l'√©criture mais aussi √† ce qu'il accepte de montrer de lui. Le passage de l'√©crit priv√© √† l'√©crit public peut √™tre difficile...

... écriture d'analyse

Parall√®lement √† cette √©criture de l’instantan√©, le num√©rique permet une √©criture/lecture d'analyse. En effet, l'apparition des tablettes, smartphones et autres outils de communication nomades a amen√© √† un comportement diff√©rent de lecture, l'internaute pouvant s√©lectionner puis stocker les sources qui l’int√©ressent pour ensuite s'y plonger plus tard, dans un contexte plus favorable. Tout l'enjeu du r√©dacteur web va √™tre ainsi d'adopter de nouvelles strat√©gies √©ditoriales qui poussent le lecteur √† r√©cup√©rer le contenu et √† le lire plus tard, en approfondissant sa lecture. Des outils consacr√©s √† cette fin ont vu le jour : par exemple Pocket (anciennement Read It Later) ou Evernote qui permettent de mettre de c√īt√© les contenus s√©lectionn√©s sur le Web, de les archiver et de les classer √† l’aide de filtres ou d'√©tiquettes.

Enrichir l'information en ligne

Le numérique permet également d'enrichir son article de contenus variés et de mélanger les formats au profit d'un parcours plus riche pour le lecteur ! Loic Hay, spécialiste des services et usages des technologies de l'information, passe en revue quelques widgets (= applications) qui permettent d'enrichir l'information en ligne : création et personnalisation d'un album photos, intégration de modèles 3D, intégration de vidéos etc. Ces extraits vidéos proviennent de l'Explorcamp organisé par la Mitic (Mission des Technologies de l'Information pour la Corse) les 26 et 27 juin 2008 et ayant pour sujet le Web 2.0 :


explorcamp - enrichir contenu par mitic20


explorcamp - enrichir contenu multimedia 2 par mitic20

Rédiger pour le web : halte aux idées reçues !

Enfin, en mati√®re de r√©daction web, les id√©es re√ßues sont l√©gion et tenaces : il faudrait r√©diger des phrases de moins de 15 mots, simplifier le message au maximum, √©viter l’emploi de la n√©gation et de la voix passive, favoriser une structure sujet-verbe-compl√©ment, √©crire en mode scan... En r√©alit√©, comme pour le support papier, la r√©daction doit s’adapter au plus pr√®s √† l’auditoire, aux propos servis, au contexte particulier dans lequel elle s’inscrit. Un texte destin√© √† une revue de sciences humaines ou un site consacr√© √† la philosophie ne peuvent en aucun cas suivre les m√™mes r√®gles qu’un document con√ßu pour mettre en valeur une entreprise ou des produits commerciaux.

L'√©tude Eyetrack, men√©e par le Poynter Institute en 2007, d√©montre bien que les internautes lisent en profondeur sur les magazines en ligne, voire m√™me plus longtemps que sur les magazines papier. Le blog juridique de Ma√ģtre Eolas, le "Journal d'un avocat", qui compte parmi les plus lus en France, en est un parfait exemple. Il montre bien que l'on peut √©crire de longs billets et fid√©liser une large communaut√© de lecteurs.